Home » Non classé » Des sites sucriers au service de la cité

Des sites sucriers au service de la cité

Ces anciens sites industriels sucriers de France métropolitaine ou d’Outre-Mer réhabilités et reconvertis sont devenus aujourd’hui musées, auberges de jeunesse, espaces d’expositions, lieux de mémoire inscrits aux Monuments historiques. En accédant à une nouvelle vie ils participent à la durabilité au patrimoine culturel et architectural de leur ville ou de leur région.

Ainsi à Paris au cœur du Bassin de la Villette ce vaste entrepôt datant de 1884 assurait l’interface logistique entre les sucreries et meuneries, boulangeries et industries alimentaires d’île de France. Mis en valeur par la récente réhabilitation du quartier il abrite désormais une auberge de jeunesse branchée St Christopher’Inn. A Lyon cet entrepôt sucrier de 7 000 m2 inactif depuis le siècle dernier a entamé une nouvelle vie en 2003 en devenant la Biennale européenne d’Art contemporain. Entièrement rénovée « La Sucrière »  comme on l’appelle accueille aujourd’hui dans d’anciens silos expositions artistiques, évènements publics et privés. Elle est devenue un lieu indissociable de la vie culturelle lyonnaise. A Lille ce bâtiment en briques où était entreposée la production d’une quarantaine de fabriques de sucre de betterave implantées dans la région abritait aussi une halle au blé. Superbement restauré par l’architecte Charles-César Benvignat cet espace après transformation accueille désormais des salons et expositions, la mairie de quartier du Vieux Lille et le Tribunal de commerce. Dans l’Oise, l’ancienne sucrerie de Francières a connu elle aussi un nouveau destin en 2012 avec sa réouverture au public comme lieu de mémoire dédié à l’industrie sucrière richesse de la région depuis des siècles. Résolument tourné vers l’avenir ce symbole de l’industrie sucrière est aujourd’hui un outil didactique centré sur l’utilisation des plantes par la chimie et le végétal. A Dunkerque, dans la Pas-de-Calais, la majestueuse silhouette de la « Halle au Sucres » fait aujourd’hui la liaison entre la ville et le port industriel. Ancien « Entrepôt des sucres indigènes » il est désormais un lieu de savoir dédié à la mémoire urbaine abritant les archives municipales, des expositions  permettant de découvrir les enjeux urbains du développement durable. Son architecture extérieure ayant été soigneusement préservée, ce bâtiment a desormais acquis une réelle  dimension patrimoniale. Enfin La Réunion au passé « sucrier » bien connu a su elle aussi préserver son patrimoine en réhabilitant avec soin l’ancienne sucrerie de Saint-Leu. Devenue Musée Stella Matutina, les 3 600 m2 de l’ancien site industriel sont dédiés aujourd’hui à l’histoire de la canne à sucre et à ses anciennes techniques de transformations. Un très beau travail de mémoire qui rend hommage aux hommes et aux femmes qui ont contribué à façonner et à fonder l’identité de cette île des Antilles. Source CEDUS

 

Crédit photo : Inset de Dunkerque

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.

  • Directeur de la publication:
    Anne-Marie Granier

%d blogueurs aiment cette page :