Home » Non classé » Sur la route des fermes bressanes aux mystérieuses cheminées sarrasines

Sur la route des fermes bressanes aux mystérieuses cheminées sarrasines

Photo: E. Brencklé

Les Fermes bressanes aux cheminées sarrasines constituent une des particularités ethniques les plus étranges de cette région de France qui s’étale de la Saône au Jura et du Doubs aux Dombes. Certaines sont devenues musées. Un patrimoine unique qui au même titre que la célèbre volaille, le bocage ou le costume traditionnel, incarne l’identité de la Bresse. Depuis deux siècles elles passionnent écrivains, historiens et architectes sans que l’on connaisse vraiment aujourd’hui encore l’origine de leur nom. Europe centrale et Occidentale, Orient… certains  écrivains tel le Marquis de Secqueville ou Albert Tissandier en ont croisé certaines datant de l’époque des maures en Aragon et Catalogne. En Bresse la plupart de ces singulières architectures sont situées dans les  cantons de Bourg, de Pont-de-Veyle, de Bagé, de Pont-de-Vaux, de Coligny, de Montrevel, de Coligny, de Saint-Trivier (Ain), de Cuiseaux et de Tournus.

 

Les bâtisseurs ont utilisé les matériaux du cru

Maison de pays en Bresse

Cet habitat rural bressan toujours isolé au milieu du bocage correspond à un système de vie particulier basé sur une économie agraire. Les hommes l’ont créé en puisant dans les ressources locales (chêne de la forêt avoisinante, glaise du sol argileux pour les tuiles et briques, terre cuite « carrons », rameaux de bourdaine, pailles des récoltes, pisé quand le bois est devenu trop cher pour construire les pans du mur).Toutes sont conçues sur le même modèle architectural. La ferme bressane est construite autour d’un domaine composé de trois bâtiments, d’un puits, d’une marre, d’un verger, de champs de céréales et à la périphérie du bois. Elle comporte le bâtiment de maison pour l’habitation au centre, le bâtiment de bure (l’écurie) et le bâtiment de jour pour le cheptel porcin. Le premier abrite la salle principale de l’habitation ainsi que la chambre du poêle un foyer ouvert « chauffant au large ».Le feu placé au milieu de la pièce est coiffé d’une gigantesque hotte pyramidale en forme d’entonnoir renversé qui  traversant les combles se terminer par une mitre en briques dépassant du toit. Ce Cône est généralement constitué d’une ossature de bois remplie de torchis. Dans cette pièce centrale se trouve l’Archebanc ou banc des ancêtres placé sous le manteau de la cheminée qui était attribué aux seuls vieux parents, aux maîtres des lieux ou aux personnes que l’on voulait honorer. Sauf aux femmes. Les promesses de mariage, les contrats, les marchés importants se traitaient ici. Toute affaire conclue  à cet endroit était scrupuleusement respectée et avait valeur de signature. Il portait toujours la date de la construction de la bâtisse. Ce qui a permis de reconstituer l’historique de nombreuses fermes même quand elles ont été reconstruites ou restaurées. Sans fondation creusées et bâties autour d’une charpente en bois démontables, les fermes sont considérées ici comme des meubles que l’on peut démonter et déplacer lors d’héritage, de donation ou de saisie. Elles sont directement construites sur une poutre appelée « sole ou soule ».

Des cheminées étonnantes à mitre décorée aux formes étranges

Crédit : CC du Canton de St Trivier de Courtes

Mais l’élément le plus emblématique de cette construction bressane est sans nul doute la partie extérieure du chauffage, la mitre, étrange petit clocheton aux formes variées carrée, rectangulaire, en reliquaire, polygonale, à plusieurs étages, baroque, conique, carrée à pyramide ou à lanterne terminale, de type roman. Son rôle était à l’époque de protéger la hotte et le feu qui brillait à même le sol que l’on appelait « foyer chauffant au large ou foyère ». Ce dernier était le lieu de réunion de la famille : on y échangeait, on dépilait le maïs, on filait le chanvre, on racontait des histoires au son de la vielle. La croix latine qui surmonte ces mitres témoigne de la piété religieuse des familles et des croyances populaires liées à la protection du foyer. Les qualités de la cheminée sarrasine furent longtemps appréciées dans cette région humide où abondait le bois de chauffage. On peut admirer ces fermes imposantes toujours isolées dans le bocage en suivant la route de la Bresse un parcours qui mène de Bourg en Bresse à la vallée de la Saône en passant par la Haute-Bresse au nord.

Catherine et Christian Debourg – Ferme du Colombier

Certaines ont été transformées en Musée et se visitent, ferme Musée de la Forêt à Saint-Trivier de Courtes, de Sougey à Montrevel en Bresse qui abrite un festival son et Lumière retraçant la vie dans un village bressan durant la première guerre mondiale, Maison du Pays de Bresse à st Etienne du bois de 1465 qui explique la vie des anciens dans leur habitat, leurs métiers, ou encore la Ferme du champ bressan à Romenay-Musée du Terroir construite en 1708  pour les évêques de Mâcon qui organise aujourd’hui  des manifestations autour des traditions régionales. Enfin last but not the least le magnifique Musée départemental de la Bresse-Domaine des Planons à Saint-Cyr sur Menthon  permet de découvrir la vie quotidienne des paysans du 18 ème siècle à nos jours. Sa restauration rigoureuse quant aux formes et matériaux de l’époque a permis de restituer l’évolution de la construction rurale depuis le 15ème siècle. Il est classé aux monuments historiques et a obtenu en 2011 le label Architecture de terre en Europe. Cerise sur le gâteau sa situation au cœur d’un très beau domaine de 46 hectares aménagés en fait un lieu de mémoire incontournable du paysage bressan. D’autres fermes devenues des Gîtes ont table ouverte comme la très typique Ferme auberge du Colombier à Vernoux de Catherine et Christian Debourg où l’on peut à la fois déguster les produits maison (élevage de volaille Bresse) et admirer la cheminée sarrasine et le four à pain propriétés de la famille depuis lustres. Bon nombre sont des propriétés privées qui ne se visitent pas. Au 19ème siècle  selon l’écrivain Gabriel Jeanton les Fermes Bressanes se comptaient par milliers. Aujourd’hui il en reste 32 pour la plupart protégées au titre des Monuments historiques. Les plus anciennes datent du XVème siècle.

Façade est de la maison d’habitation du Domaine des Planons

WWW.Bourgenbressetourisme.fr /Circuit des Fermes Bressanes

www.maisondepaysenbresse.com

www.musées.ain.fr

www.patrimoines.ain.fr

Ferme Auberge du colombier /Catherine et Christian Debourg à Vernoux  /04 74 30 72 00

lire : Gabriel Jeanton les Fermes à cheminées sarrasines

%d blogueurs aiment cette page :