Home » Non classé » Le MASTER OF PORT 2017 attribué pour la première fois à une femme : Julia SCAVO

Le MASTER OF PORT 2017 attribué pour la première fois à une femme : Julia SCAVO

On les appelle des « Quintas ». Elles sont au Portugal ce que les châteaux sont au bordelais : des exploitations viticoles liées à de grandes maisons de Porto installées depuis des siècles dans la vallée du Douro au centre d’un des plus anciens vignobles d’Europe. Dépositaires d’un savoir-faire ancestral qu’elles ont su inscrire dans la durée, elles sont le véritable patrimoine économique et culturel de cette région portugaise.

Qu’elles soient familiales, indépendantes ou propriétés de grands groupes, les Quintas de Vargellas de Taylor, da Roëda de Croft, do Panascal de Fonseca, do Noval, Ramos Pinto, de Chocapalha, de Valle Dona Maria ou de Gaivosa, ont toutes ont en commun un savoir-faire transmis de génération en génération et sont étroitement liées au Patrimoine architectural de la vallée du Douro comme en témoignent les magnifiques bâtiments historiques abrités par certaines d’entre elles. Chaque quinta est composée d’une résidence principale, d’un chai de vinification ainsi que d’un lieu d’hébergement pour les vendangeurs. La Quinta de Vargellas possède même sa propre gare ferroviaire vestige d’un passé prestigieux. Ici se perpétue une tradition viticole ancienne selon un cycle du travail de la vigne immuable qui débute avec la taille des sarments en hiver quand la vigne est au repos, et se termine par la vendange point culminant et festif de la saison viticole. Cultivé depuis le 17ème siècle date ou apparaît la désignation du vin de Porto sur un territoire la région du  Douro aux spécificités climatiques et géologiques uniques, ce vignoble (250 000 hectares dont 17,4% de vignobles aujourd’hui) a dû au cours du temps être aménagé pour être exploitable. Des investissements importants ont été effectués de façon récurrente dans les nouvelles technologies vitivinicoles pour faciliter notamment le travail des vignerons sur des pentes en terrasses à forte déclivité. Au 18éme siècle sont mises en place de nouvelles normes spécifiques à l’appellation « vin de Porto » pour certifier à la fois sa traçabilité et sa qualité. A cette époque apparaissent aussi de nouvelles techniques verrières et dans leur foulée le Porto Vintage (1775) vin d’une seule année de récolte stocké et vieilli en cave qui deviendra vite célèbre dans le monde entier. Le transport du Porto lui aussi va évoluer : d’abord fluvial sur le Douro il sera rattrapé en 1887 par le chemin de fer traversant la vallée puis relayé par le transport routier.

De nouveaux  horizons vont s’ouvrir vers l’Angleterre, les Pays-Bas, la Belgique, le Danemark la Norvège, le Canada, les Etats-Unis, la Chine et la France devenue depuis le plus important marché  en termes de volume. Aujourd’hui certains producteurs de porto afin de préserver de façon pérenne  à la fois la qualité de ce patrimoine et son environnement se sont engagés dans une agriculture durable et pour certains biologique. Soucieux de répondre aux exigences sans cesse croissantes d’un marché mondial en pleine évolution, les producteurs de Porto ont créé un concours international destiné à couronner l’excellence des Sommeliers Experts en vins de Porto. Soutenu par l’Institut des vins du Douro et de Porto, le Syndicat des Grandes marques de Porto, et l’Union de la Sommellerie Française, le Jury de ce concours vient de décerner pour la première fois de son histoire le titre convoité de Master of Port à une femme : Julia Scavo.

Photo : Jean Bernard

www.ivdp.pt 

www.masterofport.com

www.flytap.com

  • Directeur de la publication:
    Anne-Marie Granier

%d blogueurs aiment cette page :