Copyright : Ville d'Evron
Home » Non classé » Le festival d’Arts sacrés d’Evron en Mayenne ou les mille et une manières d’exprimer le sacré

Le festival d’Arts sacrés d’Evron en Mayenne ou les mille et une manières d’exprimer le sacré

Créé en 2003 pour faire redécouvrir au public le patrimoine exceptionnel de la Basilique Notre Dame de l’Epine d’Evron, le Festival offre chaque année en juillet un temps de rencontre avec un site, un public et des Arts issus de traditions millénaires. Ayant choisi pour 2019 le thème des «NocturneS» à l’origine des plus belles pages de la musique, il a accueilli en ouverture l’une des formations baroques les plus originales d’Europe à savoir «l’Ensemble Amarillis « destinataire de plusieurs prix internationaux qui a offert au public un programme pensé autour des Ténèbres de Couperin dans une basilique mis en lumière pour l’occasion. Fidèle à la tradition d’éclectisme du lieu, le festival a également présenté des musiques variées, comme le quatuor Balkanes et sa musique bulgare, l’ensemble Discantus et «son chemin d’étoiles» tiré des chants des pèlerins entonnés traditionnellement sur la route de Saint Jacques de Compostelle. La musique vocale a elle aussi été bien représentée avec le quintet anglais «Apollo5», et dans un autre genre les cantates italiennes de la Contre-Réforme interprétées par le Duo Théorbe. Enfin n’oublions pas celui qui dans l’histoire du Festival d’Evron tient une place à part à savoir l’ensemble vocal Volubilis fondé il y a plus de 25 ans par le cheffe de Choeur Annick Vert invitée chaque année avec son ensemble de choristes qui a interprété le Requiem André Campra.

©Service communication des Coëvrons

C’est in fine l’ensemble « le Concert Spirituel» connu pour ses productions atypiques et inédites qui a clôturé le Festival d’Evron 2019 en associant messes salzbourgeoises de Mozart et préludes graduels, offertoires et motets de communion issus des partitions des frères Haydn. Une belle programmation destinée à enchanter le mélomane averti comme le public désireux de se laisser surprendre et émouvoir dans un très beau lieu à l’histoire millénaire.

 

La Mayenne abrite des témoignages nombreux et variés de l’architecture religieuse

 

Construite par les moines d’Evron cette ancienne abbaye bénédictine, à la fois romane et gothique, décorée de vitraux du 13ème siècle constitue aujourd’hui un remarquable témoignage de l’architecture religieuse médiévale. Dotée de surcroît d’une acoustique exceptionnelle particulièrement prisée des mélomanes elle est sans nul doute l’édifice religieux le plus important de la Mayenne, un département qui en compte par ailleurs beaucoup. Eglises, croix, chapelles, calvaires, prieurés à Bais et Neau, ou près de Montourdier des basiliques comme celle de Pontmain avec son sanctuaire, lieu de pèlerinage reconnu ou encore les Abbayes de Clairmont et de Notre Dame du Port du Salut implantée en bord de rivière. A voir aussi Bazougers et son sanctuaire à l’architecture particulière en pierres grises et ocres, son église Canoniale Sainte Marie mère du Rédempteur Prieuré de la Cottellerie et son centre spirituel qui abrite la communauté des Petits Frères de Marie dynamiques animateurs des lieux. Enfin n’oublions pas l’émouvant oratoire de Saint-Cénéré et sa source réputée en bord de rivière de l’Evre qui attirent annuellement quelques 25000 pèlerins notamment le 1er dimanche d’Août. Autant dire que la Basilique d’Evron située au pied des Coëvrons, cette chaîne de collines à l’extrémité est du Massif armoricain longtemps entièrement recouverte de forêts, peut être le point de départ d’une visite approfondie et intéressante de cette région pas assez connue qui mérite mieux qu’une simple halte sur la route de la Bretagne. Une façon agréable d’associer culture et découverte du territoire.

 

www.festival-arts-sacres.com

info@coevrons-tourisme.com

%d blogueurs aiment cette page :